Communiqués de presse CONSEIL QUÉBÉCOIS SUR LE TABAC ET LA SANTÉ

Des écoles s'engagent à mettre un frein au vapotage

MONTRÉAL, le 4 octobre 2021 – Dans un contexte de retour à l’école, le Conseil québécois sur le tabac et la santé (CQTS) réitère les dangers associés au vapotage chez les jeunes. Inquiet que la population sous-estime les effets de ces produits, le CQTS rappelle que la dépendance aux produits de vapotage a un impact réel sur nos jeunes, notamment sur leur réussite scolaire. 

« Le vapotage est une menace sérieuse pour la santé de nos jeunes. L’adolescence est une période cruciale dans le développement physique et cognitif et bien que la cigarette électronique soit un phénomène récent, ses effets à court terme sur les jeunes qui en deviennent dépendants sont indéniables », souligne Annie Papageorgiou, directrice générale du Conseil québécois sur le tabac et la santé. Malheureusement, une grande majorité des jeunes perçoivent le vapotage comme un geste sans danger. En effet, au Québec, la consommation de produits de vapotage chez les jeunes a été multipliée par 5 dans les dernières années de sorte que désormais, un jeune de secondaire 4 et 5 sur trois vapote.

Avec l’accompagnement d’une cinquantaine d’écoles dans la mise sur pied du Plan génération sans fumée et le lancement de la deuxième édition de la campagne Parlons-en maintenant, le CQTS cherche à informer les acteurs du milieu de l’éducation et les parents que le vapotage et la santé des jeunes ainsi que leur réussite scolaire sont intimement liés et qu’il est temps d’agir.

LA VAPOTEUSE ET LE CERVEAU DES JEUNES

La nicotine - dont la concentration est souvent très élevée dans les produits de vapotage - inhalée par les jeunes modifie l’équilibre du cerveau. Le symptôme le plus apparent du vapotage est une forte dépendance, mais la nicotine affecte également les capacités d’apprentissage et la régulation des émotions. Les jeunes vapoteurs sont donc plus souvent susceptibles d'avoir des troubles de la mémoire ainsi que des difficultés à se concentrer ou à gérer leur humeur. Les troubles peuvent également être plus importants et favoriser l’apparition de problèmes cognitifs et comportementaux comme l’anxiété ou la dépression1. Tous ces symptômes ont des conséquences directes sur la réussite scolaire et devraient décourager les jeunes d’adopter de telles habitudes.2 

« Le parcours scolaire peut générer du stress et de l’anxiété, affirme le Dr Nicholas Chadi, pédiatre et clinicien-chercheur spécialisé en médecine de l’adolescence et toxicomanie, au CHU Sainte-Justine. Alors que certains adolescents croient que la nicotine peut soulager ces émotions, elle amène plutôt un sentiment de plaisir de courte de durée qui laisse souvent place à un stress et une anxiété grandissante, sans parler des risques de développer une dépendance. La nicotine agit alors comme une “béquille”, un phénomène qui peut avoir des conséquences importantes sur la réussite scolaire et dont les parents n’ont pas toujours conscience ».

Cette dépendance à la nicotine peut se vivre à l’école au quotidien et amener diverses répercussions, par exemple :

  • Difficulté à se concentrer pendant les examens et ressentir en même temps une forte envie de vapoter.
  • Besoin de vapoter pour arriver à gérer efficacement son stress avant de parler devant la classe.
  • Incapacité à occuper sainement son esprit quand on s’ennuie sans combler le vide en vapotant.

UNE CINQUANTAINE D’ÉCOLES SECONDAIRES MOBILISÉES AU QUÉBEC

L’enjeu du vapotage est tel que c’est toute une génération qui pourrait être exposée à des difficultés d’ordre physique et psychologique si la population n’est pas suffisamment consciente aux dangers du vapotage. C’est dans cette optique que la prévention du vapotage s’est imposée comme une priorité pour le CQTS et pour la cinquantaine d’écoles engagées dans le Plan génération sans fumée. Le CQTS se fait un devoir d’outiller et d’unir parents et écoles dans la lutte contre ce produit néfaste.

« Dans notre école, nous regardons avec crainte le vapotage gagner en popularité auprès de nos jeunes, et les effets de la dépendance à la nicotine qui en découlent, avance Alexandre Boily, directeur adjoint de la polyvalente Bélanger. Pour nous, adopter le Plan génération sans fumée était la chose évidente à faire pour conscientiser les jeunes et leurs parents, et leur donner envie de s’informer, de prévenir et d’arrêter. »

Depuis 2017, une cinquantaine d’écoles se sont engagées dans le Plan génération sans fumée. Aujourd’hui, trois écoles font leur lancement : l’école Bélanger, la Polyvalente Saint-François et l’école Sainte-Famille/aux-Trois-Chemins, qui est d’ailleurs la première école de la région de l’Outaouais à adopter le Plan. Plusieurs nouvelles écoles s’engageront également dans la démarche dans les prochains mois.

MAINTENANT, AGISSONS

Le CQTS invite les parents à consulter les outils mis à leur disposition pour accompagner leurs enfants, dont le site www.parlonsenmaintenant.ca. Les écoles qui désirent rejoindre le mouvement Plan génération sans fumée peuvent le faire en remplissant le formulaire du CQTS

À PROPOS DU CONSEIL QUÉBÉCOIS SUR LE TABAC ET LA SANTÉ

Véritable chef de file dans son domaine, le Conseil québécois sur le tabac et la santé œuvre depuis plus de 41 ans à enrayer la première cause de mortalité évitable au Québec, le tabagisme. La vision du CQTS : un Québec sans tabac! Ses actions mobilisatrices de prévention, de sensibilisation et de cessation du tabagisme ont contribué à améliorer significativement la santé des Québécois. L’organisme coordonne plusieurs programmes en milieu scolaire et communautaire, des campagnes sociétales, en plus d'œuvrer à la prévention de la consommation du cannabis et des produits de vapotage chez les jeunes.

 

Source : https://www.jahonline.org/action/showPdf?pii=S1054-139X%2819%2930506-3
2 Source : https://www.cps.ca/fr/documents/position/la-protection-des-enfants-et-des-adolescents-contre-les-risques-du-vapotage

-30-

SOURCE : Conseil québécois sur le tabac et la santé 

INFORMATIONS : Portail Québec sans tabac | Page Facebook Québec sans tabac | Conseil québécois sur le tabac et la santé

RENSEIGNEMENTS :
Constance Léonard-Tessier
Relations médias, Agence Canidé
Cell. : 514 442 9021 | Courriel : constance@canide.co
 

Off

Communiqués de presse