Communiqués de presse CONSEIL QUÉBÉCOIS SUR LE TABAC ET LA SANTÉ

Il faut parler du vapotage chez les jeunes

En cette Semaine de prévention des dépendances, nous voulons signifier notre préoccupation à l’égard d’une nouvelle réalité qui prend de plus en plus de place dans la vie de nos adolescents. Il est désormais important que nous parlions de l’impact du vapotage sur le parcours scolaire des jeunes Québécois.es.

À titre de référence en matière de sensibilisation et d’action contre le tabagisme, le Conseil québécois sur le tabac et la santé travaille conjointement avec le personnel enseignant et les intervenants en milieu scolaire. Nous voyons au quotidien les conséquences de la consommation de produits de vapotage chez nos jeunes. Nous sommes malheureusement aux premières loges de ce fléau et constatons avec chagrin ses méfaits.

Certains ont de la difficulté à se concentrer en classe et ont peine à terminer leurs cours sans sortir vapoter. D’autres consomment de grandes quantités de nicotine jusqu’à en ressentir des symptômes physiques intenses (faiblesse, nausée, vomissement). Toutes les données en santé publique indiquent que la vapoteuse est l’une des plus grandes tendances qui affecte actuellement nos jeunes. La dépendance qu’elle crée risque d’avoir des impacts importants sur leur réussite scolaire ainsi que sur leur santé physique et mentale.

La banalisation du vapotage chez les adolescents est aussi particulièrement troublante. Elle s’est introduite insidieusement dans nos vies, positionnée comme étant moins nocive que la cigarette, et donc, plus acceptable. Elle a fait son chemin pour atterrir dans les mains des jeunes, jusque dans leur quotidien, à l’école. C’est un.e élève sur trois en 4e et 5e secondaire qui vapote!

Pour nous, le constat est clair : le vapotage chez les jeunes est un phénomène de société sous-estimé, mais grave, qui nécessite que l’on y accorde davantage d’attention. Il s’agit d’une inquiétude partagée par plusieurs écoles du Québec et qui ont réagi en adoptant le Plan génération sans fumée du Conseil québécois sur le tabac et la santé. Ceci leur permet de dresser un portrait de la consommation dans leurs murs, de s’engager à mettre en place des actions de prévention et d’encourager les jeunes vapoteurs.euses à cesser.

C’est maintenant qu’il faut collectivement veiller au bon développement de nos jeunes. Il y a une réelle nécessité de parler du vapotage, d'en comprendre les risques et de réaliser que ces produits sont très attirants pour nos ados et qu’il est nécessaire de mieux les réglementer. 

Maintenant, nos jeunes montrent des signes de dépendance. Maintenant, agissons!


Annie Papageorgiou, directrice générale 
Conseil québécois sur le tabac et la santé

 

Soutenue par 15 écoles

Centre éducatif Saint-Aubin, Baie Saint-Paul
École des Appalaches, Sainte-Justine
École Jean-De-Brébeuf, Québec
École de l’Envol, Lévis
École du Mont-Sainte-Anne, Beaupré
École du Tricolet, Sherbrooke
École secondaire Louis-Jacques Casault, Montmagny
École secondaire Louis-Jobin, Saint-Raymond
École secondaire de Neufchâtel, Québec
École secondaire de Saint-Paul, Saint-Paul-de-Montminy
École secondaire Vanier, Québec
Polyvalente Benoit-Vachon, Sainte-Marie
Polyvalente de Disraeli, Disraeli
Polyvalente Monseigneur Sévigny, Chandler
Polyvalente de Sayabec, Sayabec
 

Publications