Actualités

Campagnes médiatiques | Publié le 16 janvier 2018

Plus de 386 000 Québécois marqués par le tabagisme

Geneviève Brouillette, porte-parole de la Semaine pour un Québec sans tabac 2018
Geneviève Brouillette, porte-parole de la Semaine pour un Québec sans tabac 2018

On sait que le tabac est un produit mortel, mais on oublie que des milliers de personnes vivent, pendant des années, avec les ravages causés par leur tabagisme. Avec son visuel saisissant et son slogan choc Le tabac laisse des marques, la 41e édition de la Semaine pour un Québec sans tabac, qui aura lieu du 21 au 27 janvier 2018, a choisi de faire la lumière sur ce côté sombre du tabagisme.

La publicité télévisée de la campagne, dévoilée ce matin en conférence de presse, met de l’avant diverses cicatrices causées par des chirurgies liées à de graves maladies engendrées par le tabagisme. Du cancer de la gorge au cancer de la bouche, en passant par les maladies cardiovasculaires et le cancer du poumon, la Semaine pour un Québec sans tabac braque les projecteurs sur les marques physiques atroces qui découlent de ces troubles de santé avec lesquels certains fumeurs et anciens fumeurs doivent composer jour après jour.

Le Conseil québécois sur le tabac et la santé (CQTS), l’organisme à but non lucratif coordonnant la campagne, estime que quelque 386 000 Québécois souffriraient d’une maladie due au tabagisme. Marc Drolet, le directeur général du CQTS, a également rappelé que pas moins de 16 types de cancers et 21 maladies chroniques sont causés par le tabac.

Présente à la conférence de presse, la comédienne Geneviève Brouillette, porte-parole de la Semaine pour un Québec sans tabac 2018, a livré un touchant témoignage au sujet des ravages attribuables au tabagisme. Au centre de celui-ci, son ancienne belle-maman, qui a souffert d’un cancer de la gorge au début des années 2000.

Aussi sur les lieux, le Dr André Dontigny, directeur général adjoint de la prévention et de la promotion de la santé, à la Direction générale de santé publique, au ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS), a souligné qu’il était important de poursuivre la sensibilisation face aux méfaits causés par le tabagisme et de continuer de rendre accessible une gamme de ressources et de services en cessation tabagique, comme les services J’ARRÊTE, pour arriver à réduire le taux de tabagisme à 10 %, d’ici 2025.

Dans cette optique, la campagne 2018 de la Semaine pour un Québec sans tabac incite également les fumeurs à se libérer du tabac. Pour ce faire, ils peuvent faire appel gratuitement aux services J’ARRÊTE, qui offre du soutien par téléphone, en personne et par Internet. Ces derniers ont aidé plus de 250 000 personnes à s’affranchir de leur dépendance depuis maintenant 15 ans.

Les fumeurs peuvent également s’inscrire au Défi J’arrête, j’y gagne!, qui les invite à s’engager à ne pas fumer pendant six semaines et ainsi courir la chance de gagner de nombreux prix.

Pour ne rien manquer de la Semaine pour un Québec sans tabac, visitez la page Facebook Québec sans tabac.

Pour consulter le communiqué de la conférence de presse de ce matin, visitez la section du CQTS.