en

Actualités

Enjeux actuels | Publié le 19 mai 2017

La consommation de substances psychoactives par rapport à l'usage du tabac chez les jeunes

Crédit : Monkey Business Images, Thinkstock
Crédit : Monkey Business Images, Thinkstock

Au Québec, les élèves du secondaire qui fument sont proportionnellement plus nombreux que les élèves non-fumeurs à faire usage de substances psychoactives (SPA), telles que l’alcool, le cannabis, les autres drogues illicites (telles que la métamphétamine, le MDMA, la cocaïne, l’héroïne, les hallucinogènes ou autres) et les médicaments, sans raison médicale. C’est ce que conclut le portrait actualisé (2012-2013) de la prévalence d’usage des différentes SPA en fonction de l’usage du tabac (cigarette ou cigare/cigarillo) chez les élèves du secondaire publié par l’Institut nationale de santé publique du Québec (INSPQ).


De grands consommateurs d'alcool

La majorité des élèves québécois, soit 83 % des fumeurs et 62 % des non-fumeurs, se sont livrés à au moins un épisode de consommation excessive d’alcool au cours des 12 derniers mois. Les élèves non-fumeurs du reste du Canada ont pour leur part rapporté avoir connu un épisode de consommation excessive d’alcool dans une proportion de 52 %, ce qui est significativement inférieur à la proportion retrouvée au Québec.

Au Québec, la prévalence de la consommation d’alcool au cours des 12 derniers mois est significativement plus élevée chez les élèves fumeurs que chez leurs collègues non-fumeurs (91 % c. 51 %). Dans les autres provinces canadiennes, la tendance est la même (85 % c. 27 %).


Usage du cannabis : très répandu chez les jeunes fumeurs

Les élèves québécois se retrouvent en plus forte proportion que les élèves du reste du Canada à avoir fait usage de cannabis au cours des 12 derniers mois (22 % c. 15 %). Un peu plus du trois quart (77 %) des jeunes québécois rapportant ayant consommé du cannabis au cours des 12 derniers mois ont aussi fait usage de la cigarette ou du cigarillo (c. 15 %). Ailleurs au Canada, l’écart est semblable, soit 78 % versus 10 %.


Consommation de drogues illicites : une situation inquiétante

Les élèves fumeurs du Québec (35 %) et de l’ensemble des autres provinces canadiennes (25 %) sont significativement plus nombreux que les élèves non-fumeurs (4 % et 2 %) à avoir rapporté avoir fait usage d’une SPA autre que le cannabis au cours des 12 derniers mois, et ce, peu importe leur niveau scolaire. Il est toutefois à noter que les élèves québécois, fumeurs comme non-fumeurs, sont proportionnellement plus nombreux que ceux des autres provinces à avoir fait usage de drogues au cours des 12 derniers mois.


Usage de médicaments sans raison médicale : moins accru au Québec

Contrairement aux données observées pour la consommation d’alcool et des drogues illicites autres que le cannabis, les jeunes fumeurs québécois sont proportionnellement moins nombreux que ceux des autres provinces du Canada à avoir fait usage de médicaments (Ativan, Xanax, Valium, etc.), sans raison médicale, soit 15 % versus 21 %. Toutefois, une plus grande proportion d’élèves fumeurs que d’élèves non-fumeurs (4 % au Québec et 3 % dans le reste du Canada) ont fait usage de médicaments sans raison médicale au cours de la dernière année. 


À la lumière de l’analyse faite par l’INSPQ, force est de constater qu’il reste encore du travail à faire en matière de prévention chez les jeunes! À l’adolescence, l’usage de substances psychoactives augmente les risques de développer des problèmes de santé et de nuire au bien-être psychosocial. Chez les jeunes, cela est susceptible de se traduire par des retards de développement ainsi que des problèmes sur le plan scolaire, dont le décrochage et les difficultés d’apprentissage. En somme, la combinaison d’interventions préventives en milieu scolaire, familial et communautaire représente le meilleur moyen de favoriser le non-usage du tabac, la non-consommation de substances psychoactives et la diminution des méfaits qui y sont associés.


Pour obtenir plus de détails, consultez le rapport de l'INSPQ.