en

Pensées obstacles

Je panique à l’idée d’arrêter de fumer

C’est normal. Surtout si vous avez éprouvé des difficultés importantes dans le passé.

Arrêter de fumer peut faire broyer du noir :

 « Est-ce que mes envies de fumer vont arrêter un jour ? »

 « Je suis à fleur de peau. »

 « Je deviens un vrai monstre. »

Bien qu’il soit tout à fait compréhensible d’avoir ces pensées quand on arrête de fumer, celles-ci nuisent à votre démarche.  Alors, pesez sur « pause » et prenez le temps de considérer les renseignements qui suivent. Ils devraient vous aider à mieux gérer vos craintes liées à la cessation tabagique et à entreprendre votre arrêt.

Comprendre l’emprise de la cigarette

Ce n'est pas par manque de volonté qu'une personne échoue à se libérer de la cigarette ou retombe sous son emprise après plusieurs années sans fumer. Ce sont d’autres facteurs qui sont en cause.

1. L'âge d'initiation à la cigarette

Près de 80 % des fumeurs adultes actuels sont tombés dans le piège de la cigarette à l'adolescence. À cet âge, le cerveau est encore en développement. Y introduire une substance comme la nicotine, qui agit directement sur des centres importants du cerveau, crée rapidement une forte dépendance physique.

Aussi, l’adolescence est un moment clé pour structurer sa personnalité. Recourir à une substance qui devient rapidement associée à tous les évènements de la vie entraîne une puissante dépendance psychologique.

Donc, commencer à fumer à un jeune âge peut être lourd de conséquences :

  • Plus jeune on commence à fumer, plus élevé est le risque de fumer beaucoup et longtemps et de fragiliser le psychisme (plus grande susceptibilité à la dépression, au stress et à l’anxiété).
  • Plus longtemps on fume, plus grand est le nombre de cigarettes fumées.
  • Plus grand est le nombre de cigarettes fumées :
    • plus élevés est le risque de développer des maladies (cancers, problèmes cardio-vasculaires, vieillissement prématuré, etc.);
    • plus élevé est le risque de développer une grande dépendance psychologique.

2. Les effets de la nicotine sur le corps et le psychisme

La nicotine provoque dans le cerveau la libération de différents neurotransmetteurs, principalement les fameuses endorphines. Celles-ci entraînent une cascade d’effets agréables pour le fumeur (plaisir, stimulation, relaxation) sans toutefois perturber son comportement. Chaque bouffée de cigarette (« pof ») produit cet effet en moins de dix secondes!

Normalement, votre cerveau produit et gère ces neurotransmetteurs surtout suite aux actions que vous posez ainsi qu’aux pensées et aux émotions que vous avez (comme lorsque vous faites du sport ou que vous pensez à quelque chose à laquelle vous avez hâte). C’est un système fondamental de notre organisme.

Le tabagisme vient perturber de façon importante ce système : le cerveau en vient à produire ses endorphines surtout s’il y a présence de nicotine. Donc pour se sentir bien, peu importe la situation, un fumeur dépend de « sa nicotine »… d’où la puissante dépendance physique et psychologique causé par le tabagisme.

Chacune des bouffées prise par le fumeur est enregistrée par son cerveau (la situation et l’émotion qui vont avec!) et par son corps (la répétition du geste). Chacune d’elles est associée positivement à la situation qu’il est en train de vivre. Que la situation soit plaisante ou déplaisante, la cigarette constitue une béquille pour qu’il se sente bien.

C’est pourquoi les rechutes surviennent tant lors de joyeuses rencontres que lors d’évènements stressants. Ça explique aussi qu’on entend certains ex-fumeurs dire des choses comme : « Une bonne cigarette avec un bon café, c’était donc bon », « J’aimais ça fumer ! », « En cessant de fumer, j’ai l’impression d’avoir perdu ma meilleure amie », etc.

Dans les faits, il n’y a aucun lien réel entre la cigarette et toutes ces situations. Il s’agit seulement d’un conditionnement, d’une programmation très puissante!

Bonne nouvelle : une programmation, aussi forte soit-elle, ça se change! Chaque année, des milliers de personnes se libèrent de l’emprise de la cigarette.

Vous aussi, vous en êtes capable!

Pour des informations sur les ressources disponibles pour vous aider à arrêter de fumer, consultez la section « C’est décidé : j’arrête! ».

Autres pensées obstacles

Consultez aussi

  • Vos envies

    Cessez de combattre. Prenez plutôt conscience de ce qui se passe en vous lorsque vous avez envie de fumer.

    En savoir plus
  • Votre confiance

    Évaluez votre confiance en vos capacités à ne pas fumer face à toutes sortes de situations de la vie de tous les jours. Vous pourriez être prêt pour la prochaine étape!

    En savoir plus