Outils Intervenir adroitement auprès des jeunes

LE VAPOTAGE CHEZ LES JEUNES EST UN PROBLÈME : PARLONS-EN!

Saveurs de fruits, design attrayant, technologie innovante et promotion sur les réseaux sociaux, les vapoteuses ont tout pour plaire aux adolescents. Perçue à tort comme inoffensive, la cigarette électronique peut être dangereuse pour les adolescents principalement en raison de la forte concentration de nicotine qu’elles contiennent. La dépendance à la nicotine s’installe beaucoup plus rapidement chez les adolescents que chez les adultes. Ainsi après quelques semaines, voire quelques jours de vapotage, ils peuvent déjà être dépendants.

Même si vous pensez qu’il est peu probable que votre enfant vapote ou qu’il soit exposé à d’autres jeunes qui vapotent, vous avez tout à gagner à engager la discussion avec elle ou lui dès son entrée au secondaire.

Comment aborder le vapotage avec votre adolescent?

Se préparer
Avant d’amorcer la discussion avec votre enfant, commencez par vous informer sur la vapoteuse et ses impacts sur la santé. Renseignez-vous aussi sur la façon dont les jeunes consomment les produits de vapotage. Vous serez ainsi prêts à répondre aux questions et à déboulonner certains mythes avec eux.

Gardez aussi en tête que les adolescents s’initient souvent au vapotage en partageant la cigarette électronique d’un ou d’une ami(e). En cette période de pandémie, cette pratique pourrait d'ailleurs avoir des effets négatifs sur la propagation de la COVID-19. 

Ouvrir la discussion
Choisissez le bon moment pour aborder le sujet. Vous pouvez planifier une discussion pour en discuter, mais la spontanéité est aussi une bonne option. Par exemple, profitez du fait d’avoir vu quelqu’un vapoter sur la rue ou dans un film pour demander à votre adolescent ce qu’il pense de la vapoteuse, s’il connaît des gens qui fument, s’il a déjà été tenté d’essayer, etc. Pourquoi ne pas regarder avec lui cette vidéo?

L’objectif est d’amener votre enfant à développer un esprit critique face aux produits de vapotage afin qu’il puisse s’affirmer et résister à l’influence de ses amis et des médias sociaux.

Que faire si votre adolescent vapote?

Tout d’abord, demandez-lui ce qu’il pense de sa consommation. Évitez d’être trop émotif et concentrez-vous sur les faits plutôt que de tendre vers le jugement. Ne tentez pas de le dissuader par la peur en émettant des scénarios-catastrophes, cette stratégie est inefficace.

Vous pouvez aussi valider avec lui son niveau de dépendance. Une personne qui se reconnaît dans au moins 3 des énoncés suivants par rapport aux produits de vapotage est aux prises avec un problème de dépendance à la nicotine :

  • Avoir un désir irrésistible d’utiliser la cigarette électronique;
  • Perdre sa capacité à contrôler sa consommation;
  • Éprouver des symptômes de sevrage (ex. : étourdissement, fatigue, insomnie, toux, constipation, faim, goût pour des aliments sucrés, irritabilité, pression au niveau des yeux et de la tête);
  • Avoir une tolérance plus grande (c’est-à-dire un besoin de consommer davantage pour ressentir le même effet);
  • Augmenter le temps consacré à l’utilisation de la vapoteuse;
  • Consommer des produits de vapotage dans des situations où c’est interdit. (non-respect de lois et des règlements).  

Si votre enfant présente des signes de dépendance, vous pouvez lui recommander de consulter les professionnels en santé de son école (ex. : infirmière, intervenant en dépendance) ou les services J'ARRÊTE.

Et si vous êtes vous-même fumeur ou vapoteur?

Même si vous êtes fumeur ou vapoteur, mentionnez clairement à votre adolescent que vous désapprouvez le vapotage. Ne sous-estimez pas que votre opinion compte pour votre jeune. Vous avez le pouvoir de l’influencer positivement et de réduire son envie d’essayer le vapotage.

Restez vous-même et soyez authentique. Racontez les raisons pour lesquelles vous avez commencé à fumer ou à vapoter et racontez-lui la rapidité avec laquelle dépendance s’est installée. Exprimez-lui à quel point il est difficile d’arrêter. Enfin, n’oubliez pas que les jeunes sont sensibles à l’argent, à l’environnement et aux émotions réelles. N’hésitez pas à faire des liens entre ces sujets et votre consommation.

Pour en savoir plus

Outils